Le blog
Saison 2012-13 : La mémoire
04
avr
Une visite à la ferme expérimentale de Grignon

Jeudi dernier, sous une bruine tenace et un vent insolent, le petit groupe de l’association Ailes venu de Tremblay-en-France s’emparait de la Ferme expérimentale de Grignon, dans la boue mais en talons.

Sous l’égide de notre guide Sandy, la visite commence par une rapide présentation de la ferme et l’on s’abrite joyeusement dans l’étable, où ruminent paisiblement de jeunes veaux et leurs aînées, des Prim Holstein. Les questions se portent naturellement sur leur alimentation et notamment sur l’utilisation ou non des OGM, sur la quantité de nourriture ingurgité par jour, ou la quantité de lait produite par cette race…

Sandy explique que la Ferme expérimentale travaille beaucoup sur le régime alimentaire de leurs pensionnaires pour limiter au maximum leurs émissions de méthane, un défi de taille dans les exploitations laitières. On discute aussi agroénergie, un thème qui semble beaucoup inspirer le groupe déjà sensibilisé à ce sujet.

Les petits s’intriguent mutuellement…

Après l’étable, la visite continue avec les salutations au taureau qui oriente naturellement les questions vers la reproduction des animaux dans les exploitations agricoles. On apprend alors que l’intérêt d’identifier clairement l’animal n’est pas uniquement pour le soigner ou vérifier que la traite a bien été faite, mais aussi et surtout pour contrôler les liens de parentés dans les troupeaux et ainsi éviter une dégénérescence de la race.
Et que si les vaches verront relativement peu le taureau dans leur vie, cela ne les empêche pas de donner naissance à de charmantes petites bêtes comme ce veau né dans la nuit, sur lequel vont s’extasier nombre de visiteurs.

Sandy nous entraine ensuite découvrir les moutons et agneaux de la ferme, confinés dans l’étable jusqu’à ce que l’herbe soit suffisante pour couvrir leurs besoins en plein air. La discussion s’anime autour du peu de terres cultivables en Île-de-France, du déficit entre production agricole et population locale, et des pressions exercées sur les communespar les promoteurs immobiliers.

Sandy explique que la laine d’ici est majoritaire utilisée comme isolant, et non pas comme matière première textile. Les questions se portent aussi sur le comportement des animaux partant à l’abattoir, ou encore sur le cycle de production d’une telle exploitation.

Agneau à nu et bonnet douillet

La visite de la salle de traite entraine à nouveau la discussion sur l’exploitation laitière et sur un sujet qui intéresse particulièrement ces femmes, souvent mères de famille : la sécurité sanitaire. Sandy retrace le déroulement de la traite et les contrôles mis en place dans la ferme et par le collecteur, et décrit la procédure en cas de contamination antibiotique du lait, systématiquement jeté. Le système d’amendes et de mise à l’index de l’exploitation peu scrupuleuse rassure le petit groupe.

Passer devant la laiterie est l’occasion de s’interroger au sujet des différences de qualité des laits selon les régions, les marques ou les exploitations. Elles sont très étonnées d’apprendre qu’en dehors des labels biologiques, la qualité du lait est identique partout en France, que le lait « local » ou « régional » n’existe pas, et que les différences de prix ne sont donc pas forcément justifiées… Ce qui interpelle beaucoup ces consommatrices. Nul doute qu’elles approfondiront la discussion autour de ce thème une prochaine fois.

Il est midi, les estomacs des enfants crient famine et la visite se termine dans une bonne humeur communicative !

Pour aller plus loin :

› La ferme expérimentale AgroParisTech de Grignon

› Enjeux agricoles : Désaccords sur les contrats et quotas européens sur Ouest-France

› Plus de photos sur le Flickr de Qsec

Poster un commentaire