Le blog
Saison 2012-13 : La mémoire
02
mai
Items : moi non plus !

Nicolas Blémus, le coordinateur régional de QSEC a convié le comité scientifique au grand complet dans les jardins de l’Ecole Normale Supérieure. Avec Jean Marquet, ils vont valider les items, ces propositions émises par les différents groupes, qui serviront à alimenter le futur débat de clôture des travaux.

Le Dr Sébastien Czernichow, professeur des universités en nutrition, Henri Rouillé d’Orfeuil, ingénieur agronome et docteur en économie, Bernard Chevassus-au-Louis, docteur en sciences et inspecteur général d’agriculture vont donc examiner ensemble les pistes de réflexion proposées par des stagiaires des écoles de la seconde chance, des élèves de collège, des pensionnaires de maisons de retraite, des détenus de Fleury-Mérogis, des habitantes de la Goutte d’Or, des agriculteurs chrétiens… bref tous ceux qui ont constitués les différents groupes. Jean Marquet, spécialiste de la consultation et de l’aide à la décision, est là pour guider leurs travaux.

A l’invitation de Nicolas, nos scientifiques s’installent dans le jardin de l’école Normale plutôt que dans une salle de cours, décidant de braver les vents frais d’avril. Nicolas commence par leur résumer les parcours des groupes qui ont visité des laboratoires de recherche, des fermes, des maraichers mais aussi des musées et qui ont bénéficié de la grande implication de l’INRA et d’AgroParisTech. Visites, conférences, rencontres ont suscité des reflexions qui ont elles-mêmes abouti à la production d’items, ce qui dans le jargon QSEC désigne les problématiques que les groupes font émerger au moyen de libellés synthétiques.

Sur la table pas moins de 82 items, 82 affirmations parmi lesquelles il va falloir choisir. « Il nous en faudrait 30, 35 pour la consultation en ligne » indique Nicolas. Dès la semaine prochaine, l’ensemble des participants de tous les groupes sera en effet appeler à voter sur les items retenus, indiquant, selon le principe de l’abaque de Regnier, s’ils sont plus ou moins d’accord avec tel ou tel postulat.

Pendant toute la semaine, Nicolas a collationné, ordonné et parfois reformulé tous ces items, les ventilant, du général au particulier, au travers 8 grandes catégories : nourrir la planète, système agricole, technologies, accès à l’alimentation, information, éducation, choix du consommateur et santé. Bernard Chevassus-au-Louis propose d’emblée de regrouper certaines des rubriques pour n’en retenir finalement que quatre. On se livre alors à un peu d’arithmétique élémentaire pour déterminer, 8*4=32, le nombre d’items à retenir par catégorie… Henri Rouillé d’Orfeuil relève cependant que si les items de la partie technologies portent essentiellement sur les OGM, ceux de la rubrique nourrir la planète sont plutôt liés à des questions d’économie générale et qu’il est de ce fait difficile de fusionner ces deux ensembles… Jean Marquet suggère alors de prendre les items un par un, des débusquer les doublons, de grouper ce qui peut l’être, et on verra ensuite pour les rubriques…

Le comité scientifique s’attaque donc aux propositions, combinant celles du café philo de Chelles avec celles du café débat de Saint-Quentin ou des artisans et agriculteurs de l’association CMR de Lumigny… L’interrogation de ces derniers sur nos modes de consommation et la mondialisation résonne auprès de nos chercheurs. « J’ai appris la semaine dernière qu’un tiers des terres d’Uruguay appartenaient à des propriétaires étrangers qui les utilisaient pour produire du soja à destination du bétail chinois » relève Sébastien Czernichow… Mais l’heure n’est pas au débat : il faut avancer afin de sélectionner les meilleurs items. Feront donc problématique commune les femmes de l’association Ailes et les étudiants parisiens, les élèves du Lycée La Tour des Dames partageront les fruits de leur réflexion avec un groupe recruté par petites annonces, tandis que sur le thème des AMAP le groupe des habitants de Paris Rive Gauche s’unira avec celui de la maison de l’environnement de Saint Quentin en Yvelines…

D’items en items, on marie ainsi la carpe et le lapin, en fusionnant les propositions similaires, en regroupant les problématiques, en reformulant légèrement les affirmations. Qu’en pense Jean Marquet ? « Si je ne dis rien c’est que je suis d’accord » affirme-t-il. Il se contente le plus souvent de ramener nos scientifiques à l’ordre du jour dont ils s’éloignent volontiers. Un item relatif au bio dans les cantines scolaires les fait dériver jusqu’au pass’contraception (« distribuer des préservatif ou des fraises bio ? » osera le Dr Czernichow), une interrogation des détenus de Fleury sur les économies d’eau inspire à M. Chevassus-au-Louis une passionnante digression sur l’impact du brossage de dent des parisiens sur le débit de la Seine. Jusqu’à Nicolas Blémus qui, à l’occasion d’une remarque sur les conditions de prise des repas scolaires suggérée par la fédération des conseils de parent d’élèves de Noisy-le-Sec, se livre : « Au collège, j’ai été traumatisé par les pionnes qui me faisaient manger très vite parce que la cantine était petite et qu’il fallait libérer les tables »…

Ces moments de détentes, parfois de rire, viennent ponctuer le travail. Malgré le temps qui fraichit – Henri Rouillé d’Orfeuil a remis son coupe vent, Bernard Chevassus-au-Louis, transi, a croisé les bras sur sa veste légère – notre comité scientifique avance à grands pas et dans la bonne humeur. Reformule ici, supprime là, coupe, regroupe, fusionne. Evoque dans un même élan Brassens et l’OMC, Audiard et Danone, statistiques et contrepèteries.

Nos scientifiques finissent par venir à bout de la liste, laissant à Nicolas le soin d’en rédiger une nouvelle. Les notes de ce dernier évoquent une partie de bingo ou une grille de loto, les 82 items étant numérotés : « 44, 45, 46 avec 14, 19 et 20. Fondre 75 et 79 avec 48, 66 et 67. Supprimer 53. Laisser 58 tel quel. Réunir 24 et 25 ». Charge maintenant à notre coordinateur régional de mettre tous ces numéros dans l’ordre, de formuler clairement toutes les problématiques, et de les soumettre rapidement à l’appréciation de l’ensemble des participants !

Prochain rendez-vous du comité scientifique ? Le 24 mai prochain à l’occasion du débat de clôture, dans les locaux du Conseil régional d’Ile de France.

Poster un commentaire