Le blog
Saison 2012-13 : La mémoire
24
juin
Le débat de clôture

Lycéens du 93, retraités d’Evry, stagiaires des écoles de la seconde chance de Magnanville, des Mureaux ou de Rosny-sous-Bois, agents du conseil général du Val de Marne, membres du café débat de Saint-Quentin-en-Yvelines, groupe de mamans de Brunoy ou de femmes d’Achères, élèves du lycée agricole de Brie-Conte-Robert, représentantes du SEL de Noiseau… ils sont plus de 200, hommes et femmes, jeunes et moins jeunes, réunis dans l’hémicycle du Conseil Général d’Ile-de-France pour la séance de clôture de la saison 2011-2012 de QSEC.

A l’heure du bilan, quelques chiffres s’imposent : cette année, les huit départements de l’Ile-de-France ont été représentés par près de 1300 participants qui, au sein de 68 groupes de citoyens, ont rencontrés 200 spécialistes lors de plus de 500 séances de réflexion et de débats autour de l’argent. Leur réflexion a abouti sur la formulation de convictions, 168 en tout, synthétisées en 31 postulats sur lesquels l’ensemble de ces participants a été amené à voter. Ces 31 postulats se répartissent en 4 thématiques :
-le système financier
-richesses et inégalités
-la monnaie
-les alternatives

Bao Nguyen-Hui et Nicolas Blémus

Après une brève présentation par Nicolas Blémus et une allocution de Bao Nguyen-Huy, délégué régional à la Recherche et à la Technologie d’Ile-de-France, Paul de Brem, qui anime la séance propose à l’assistance « d’escalader l’Everest par la face nord » et de débattre du système financier.
M. Delos, du groupe Chrétiens en monde rural, rappelle quelques chiffres qui l’ont marqué : la part « réelle » de notre économie n’est que de 5%, tout le reste n’est que finance spéculative. Sa conclusion est claire : « il faut réguler les marchés ». Cet appel à la régulation est largement repris et partagé, que ce soit par le groupe des jeunes de Seine Saint-Denis, par Philippe Dehay qui enseigne l’économie et la gestion ou encore par Magdeleine du groupe de Poissy qui souhaite remettre la monnaie dans les programmes scolaires. Jean-Pierre, du café-débat de Saint Quentin fait observer que les Etats sont cependant les premiers à violer leurs réglementations. Marc Lenglet, enseignant à l’European Business School de Paris et ancien déontologue auprès d’organismes financiers, témoigne à son tour. Son intervention, saluée par des applaudissements, rend compte de la complexité de la finance et de la difficulté à appliquer les règles pourtant nombreuses qui encadrent ce secteur.

Paul de Brem invite la salle a échanger autour du deuxième thème : richesse et inégalités. La discussion ne tourne finalement qu’autour de la société de consommation et ses sollicitations. Les mamans de Brunoy ou de Meaux parlent de leurs enfants, les élèves du lycée Newton de Clichy ou du lycée agricole de Brie-Conte-Robert évoquent leur propre apprentissage de la valeur de l’argent. Pour le groupe d’ATD Quart Monde du Val d’Oise « l’argent est une valeur morale, il faut enseigner très tôt à associer travail et argent ». Une représentante du centre de loisir d’Argenteuil abonde dans ce sens : à travers des jeux de rôle, les enfants du centre ont compris les contraintes des adultes et réalisé qu’on ne pouvait pas dépenser sans compter

Les thématiques de la monnaie et des alternatives à celle-ci suscitent elles aussi de nombreuses interventions. Jean-Claude, du réseau d’échange réciproque de savoirs de Seine-et-Marne, distingue échange et achat. Un membre du groupe d’Andrésy fait observer que la monnaie est libératrice car l’acte d’achat ne rend pas redevable. Pour Rosine, du groupe Echange Idée Entraide de Montereau « seuls les échanges, et non la monnaie, créent du lien ». Francis Dupuy, anthropologue, lui donne raison : « la monnaie n’a de valeur que dans la relation dans laquelle elle agit et le système dans lequel elle opère » résume-t-il.

Toute aussi vivante, la discussion sur les systèmes alternatifs et les monnaies complémentaires nous entraine au Brésil où on compte en Palmas, nous plonge au cœur des SEL, transite par la Suisse et ses Wir parallèles, passe par l’Allemagne et son Chiemgauer avant de revenir en France, très précisément à Nanterre où le groupe Agora a imprimé une monnaie à l’occasion d’une « trocante », pour faciliter les échanges d’objets.

Après une synthèse par Eve Chiapello, professeure à HEC, la séance prend fin avec le court discours d’Isabelle This Saint-Jean, vice-présidente du Conseil régional d’Ile-de-France, en charge de l’enseignement supérieur et de la recherche. Elle insiste sur l’importance du projet QSEC pour la région qui y consacre un budget de 4 millions sur 5 ans, « pour mettre en place les conditions d’un dialogue entre chercheurs, citoyens et élus ». Et conclut en annonçant le thème de l’année prochaine : « la mémoire ».

Eve Chiappelo et Isabelle This Saint-Jean

Le cocktail qui suit le débat est l’occasion pour tous les participants de poursuivre leurs échanges. Ici l’Essonne se rapproche des Yvelines, là les Hauts-de-Seine discutent avec la Seine Saint-Denis tandis que Val-d’Oise et Val-de-Marne échangent leurs points de vue.
Je capte au vol quelques bribes : « neurosciences… transmission… Histoire… lois mémorielles… » La quatrième saison de QSEC est déjà en marche !

Crédits photos : © Guillaume Lebrun

Poster un commentaire