Le blog
Saison 2012-13 : La mémoire
25
juin
Partage d’expériences en Essonne

Inaugurés en avril dernier la Médiathèque Albert-Camus et le Conservatoire Albéric-Magnard
d’Evry sentent encore le neuf. Leur auditorium commun accueille aujourd’hui une exposition hors du commun. Jeux de sociétés (Memory, quizz, mots croisés géant), dessins, roman-photo, sculpture en éponge de chantier… Autant de restitutions des travaux menés par les groupes de l’Essonne réunis pour dresser ensemble, en débattant, un bilan de leur saison QSEC consacrée à la mémoire.

Je retrouve des visages familiers et en découvre de nouveaux parmi la soixantaine de participants représentant la dizaine de groupes du département issus d’une pléiade de structures : centre social de Brunoy, centre Mandela de Brétigny-Sur-Orge, Communauté de Communes de l’Arpajonnais, école de la seconde chance de Courtabœuf, maison d’arrêt de Fleury-Mérogis, collège Chantemerle de Corbeil-Essonnes, Université du Temps Libre, association Générations Femmes, foyer Jean-Philippe Rameau d’Evry, conseil de quartier d’Evry Sud…
Chacun examine les productions des autres, les thèmes retenus, les items formulés…

Si certaines productions suscite une adhésion immédiate (le roman photo de l’école de la seconde chance est très remarqué, les mots-croisés géants de Générations Femmes sont aussitôt remplis), d’autres provoquent des réactions plus mitigées. Ainsi les éponges peintes et taillées par les membres du centre social de Brunoy provoquent bien des interrogations. Certains y voient une allusion à l’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) ! D’autres évoquent une sensation d’étouffement. Marie-Anne, qui est un peu à l’origine de cette idée, s’en explique : « c’était juste une belle métaphore pour témoigner de la plasticité de notre groupe, de la richesse des échanges, de la diversité des cultures ».

Le multiculturalisme est aussi ce qu’on relevé les intervenants. Ainsi Bertrand Desgranges, Docteur en neurosciences, rapporte avoir eu des difficultés à échanger avec le groupe de Générations Femmes dont tous les membres ne parlaient pas français… Le psychosociologue Didier Favre relate alors son échange, dans le RER en venant à Evry, avec un sourd-muet. « Même sans parler la langue des signes, nous avons pu discuter » relate-t-il. Tous s’accordent pour relever que le dispositif QSEC consiste précisément à faire discuter entre eux des personnes qui n’avait pas nécessairement vocation à échanger. «Les scientifiques doivent sortir de leur tour d’ivoire, cesser de monologuer, pour engager un véritable dialogue » résument les deux chercheurs qui avouent s’être enrichis de ces discussions dont ils n’avaient pas l’habitude. Les membres des groupes partagent l’enthousiasme des intervenants. « On se pose une question, et quelqu’un vient réfléchir avec nous », « il y a un véritable échange, on réfléchit tous ensemble », « la démarche permet de supprimer les frontières, il n’y a pas d’un côté ceux qui savent et de l’autre ceux qui écoutent : enseignants, élèves, scientifiques : on est tous citoyens»…

Chacun évoque les temps forts de son parcours. Le partage des souvenirs au Foyer Rameau. L’occasion de réfléchir avec les professeurs pour les collégiennes de Chantemerle. La découverte d’une mémoire collective au sein du groupe pour le conseil de quartier d’Evry Sud. La mesure de la complexité du cerveau pour la communauté de communes de l’Arpajonnais. Le sentiment d’avoir initié une réflexion fondamentale sur une pratique émergente en questionnant les relations entre mémoire et nouvelles technologies pour les membres de l’Université du temps libre. « Nous sommes au début d’une ère nouvelle » lance Madeleine.

Pour clôre l’après-midi, quoi de mieux qu’un petit buffet ? Surtout s’il est constitué d’aliments qui favorisent la mémoire ! Au menu brocoli et carottes, tomates et pastèques, noix et baies, œufs de poisson et jus de Canneberges !

Les groupes se mélangent, les générations se mêlent, les débats se poursuivent en petits comités. Tous souhaitent poursuivre l’expérience QSEC la saison prochaine.

Poster un commentaire